Connect with us

Voyage

À 21 ans, Lexie est devenue la plus jeune personne à avoir visité les 196 pays du monde

Le 31 mai dernier, l’Américaine Lexie Alford a posé le pied sur le territoire nord-coréen. À l’âge de 21 ans, elle est ainsi devenue la plus jeune personne à avoir visité les 196 pays du monde. Elle espère entrer dans le Livre Guinness des records.

Publié il y a

Le

C’est un défi que la plupart d’entre nous ne relèveront probablement jamais. Du haut de ses 21 ans, Lexie Alford a posé le pied dans 196 pays… Ainsi, cette Américaine est devenue la plus jeune personne à avoir visité tous les pays du monde. C’est du moins ce qu’elle affirme. Elle espère désormais faire valider son exploit par le Livre Guinness des records.

La globe-trotteuse leur a envoyé une copie de son passeport avec les différents tampons, ses billets d’avion, des reçus, des photos, deux déclarations de témoins pour chaque pays et plus de 10 000 objets. Si tout se déroule comme prévu, elle devrait détrôner le Britannique James Asquith qui a décroché ce record à l’âge de 24 ans en 2013.

De l’Irlande à la Corée du Nord

Le 31 mai 2019, la jeune femme a bouclé son tour du monde en Corée du Nord. Ou plus précisément, dans la zone coréenne démilitarisée. Elle n’a pas pu obtenir le visa pour mettre les pieds dans le pays de Kim Jong-un. En 2017, Donald Trump a interdit aux citoyens américains de s’y rendre.

« C’est dingue, je viens de sortir d’une salle où un soldat coréen a signé un document qui atteste de ma présence ici ! », raconte-t-elle dans une vidéo publiée sur Instagram, où la jeune blogueuse cumule 246 000 abonnés. Derrière elle, on peut apercevoir les cabanes bleues de cette zone tampon de 4 kilomètres de large qui sépare la Corée du Nord et la Corée du Sud.

Cette visite rapide est le point final au défi qu’elle s’est lancé à l’âge de 17 ans. Mais Lexie Alford a commencé son tour du monde bien avant. « Mes parents dirigent une agence de voyages donc j’ai beaucoup voyagé pendant mon enfance », explique-t-elle.

L’Irlande est le premier pays étranger où ses parents l’ont emmenée. Elle retournera sur l’île d’émeraude à la fin du mois de juin afin de la découvrir « en tant qu’adulte ».

Entre 3 jours et 3 semaines

Ce n’est pas le seul pays que Lexie Alford compte explorer à nouveau. « Je vais continuer à voyager, je vais retourner dans les pays où j’ai le sentiment de ne pas en avoir assez vu », souligne-t-elle.

La jeune femme est consciente qu’il lui reste de nombreux endroits à découvrir. Elle est restée entre trois jours et trois semaines dans chaque pays. Son séjour a été très bref dans certains d’entre eux, comme au Soudan du Sud, en Somalie, au Mali et au Tchad. Elle ne pouvait pas rester pour des raisons de sécurité.

Pour d’autres pays, elle s’est butée à des difficultés d’ordre administratif et a eu du mal à obtenir des visas. Comme pour la Corée du Nord, Lexie Alford a rusé pour aller en Syrie. Elle s’est contentée du plateau du Golan, une zone annexée par Israël en 1981, mais toujours reconnue comme un territoire syrien par les Nations Unies.

Blogueuse à succès

Sur son compte Instagram, la « globe-trotteuse » inonde ses abonnés de photos esthétiques et documente les coulisses de ses périples. Son sac sur le dos, elle voyage parfois avec des amis, parfois seule : « Je pense que c’est une expérience à faire au moins une fois dans sa vie, on n’est jamais seul(e) quand on voyage en solo », dit-elle.

Elle dort dans des auberges de jeunesse, des guest-houses, des campings… Voire à la belle étoile. « J’ai dormi dans un hamac au Venezuela. C’était génial et un peu flippant, parce qu’il y a plein de bestioles qui sont venues me rendre visite », s’amuse-t-elle.

« Parfois, ça fait du bien de recharger les batteries au calme dans un hôtel,ajoute-t-elle. Mais les rencontres que j’ai faites avec d’autres voyageurs quand j’étais dans des auberges ont rendu mes voyages encore plus mémorables. »

Positive attitude

Toujours positive, très idéaliste, Lexie Alford assure qu’elle a été « bien accueillie » dans chaque pays. « Je me suis sentie un peu en danger au Yémen, mais c’était une mauvaise compréhension des normes culturelles. Il y avait un mariage, j’ai cru que c’était une émeute ! », raconte-t-elle.

Avec son compte Instagram, la blogueuse voyageuse espère encourager les gens – et notamment les jeunes femmes – à voyager. Elle veut également donner une image différente de certains pays. Par exemple, elle raconte avoir été agréablement surprise par le Venezuela.

« Il est souvent considéré comme un pays où il est trop dangereux de voyager. C’est la conclusion logique à laquelle on arrive quand on regarde l’actualité, mais on sous-estime la gentillesse du peuple vénézuélien », écrit-elle sur Instagram.

Quand elle n’est pas en vadrouille, Lexie Alford travaille pour l’entreprise familiale. Ce boulot flexible lui permet d’économiser de l’argent pour financer ses voyages. Elle vit chez ses parents, à Nevada City, en Californie, ce qui lui permet de réduire les dépenses du quotidien. C’est encore cet endroit qu’elle considère comme sa « maison ». « J’adore dormir dans mon lit avec mon chien », confie-t-elle.

Les aventures de Lexie Alford sont à suivre sur son compte Instagram (@lexielimitless) et son site personnel Lexie Limitless

A la une