La vitamine D pendant la grossesse protège le nourrisson contre la dermatite atopique

Jusqu'à récemment, la question de savoir si un apport insuffisant en vitamine D chez la future mère pouvait provoquer une dermatite atopique chez le nourrisson était controversée. Une étude britannique a désormais pu démontrer que l'administration supplémentaire de vitamine D3 pendant la grossesse réduisait considérablement le risque que le nourrisson développe une dermatite atopique au cours de sa première année de vie.

ans les régions peu ensoleillées comme l’Europe, les enfants de moins de cinq ans sont particulièrement touchés par la dermatite atopique (eczéma). En Allemagne, environ 23 % des nourrissons et des jeunes enfants sont concernés. Les symptômes typiques de cette maladie inflammatoire de la peau sont une éruption rouge qui démange et une peau sèche et squameuse.

Des chercheurs de l’université de Southhampton ont étudié avec le groupe d’étude MAVIDOS si l’administration supplémentaire de vitamine D3 pendant la grossesse influençait la fréquence de l’eczéma atopique (dermatite atopique) chez la progéniture. Pour ce faire, l’équipe a recruté 703 femmes enceintes de l’étude MAVIDOS (Maternal Vitamin D Osteoporosis Study) et les a réparties au hasard dans deux groupes entre la 14e et la 17e semaine de grossesse :

  • Les 352 femmes du groupe d’intervention ont reçu en plus 1.000 UI (25 µg) de vitamine D3 par jour, sous forme de comprimés.
  • Les 351 femmes du groupe de contrôle ont reçu à la place un comprimé placebo (sans vitamine D3) par jour.

En outre, toutes les femmes pouvaient continuer à consommer jusqu’à 400 UI (10 µg) de vitamine D3 par jour. À titre de comparaison, la Société allemande de nutrition recommande aux femmes enceintes de prendre environ 800 UI (20 µg) de vitamine D par jour en cas de manque d’exposition au soleil.

Toutes les participantes présentaient au départ un taux sérique de 25-OH-vitamine D de 25-100 nmol/l – les valeurs inférieures à 30 nmol/l indiquant une carence en vitamine D.

L’administration prénatale de vitamine D peut réduire considérablement le risque de neuroderimite au cours de la première année de vie.

Dans le cadre de l’étude, les femmes ont été interrogées sur les symptômes cutanés de leur progéniture après 12, 24 et 48 mois de vie et les enfants ont été examinés. Dans le groupe d’intervention avec administration supplémentaire de vitamine D3, le risque de dermatite atopique était 45 % moins élevé au cours des 12 premiers mois de vie que dans le groupe de contrôle.

Les chercheurs ont en outre constaté que le comportement d’allaitement de la mère était déterminant pour l’effet protecteur de la vitamine D3. Ainsi, le risque de névrodermite pour les 12 premiers mois a été réduit de 52 % lorsqu’une mère (groupe d’intervention) a continué à allaiter pendant au moins un mois après la naissance. Chez les mères qui ont allaité moins d’un mois, le risque de névrodermite n’a été réduit que de 20 % – ce qui signifie que l’effet protecteur de la vitamine D3 prénatale n’était plus significatif. Après 24 et 48 mois, l’effet protecteur n’était plus significatif non plus.

Le Dr El-Heis et son équipe concluent de leurs résultats : Une supplémentation suffisante en vitamine D3 pendant la grossesse peut aider à prévenir la dermatite atopique chez le nourrisson.

Lire aussi Bicarbonate de sodium : propriétés et avantages pour la santé